Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 21:26
Lun. 8 avril 2013 - Chaque année, un hommage est rendu lors du Yom HaShoah aux 6 millions de Juifs morts durant la Seconde Guerre mondiale, victimes des nazis et de leurs collaborateurs. En France, la cérémonie de la lecture des noms organisée au Mémorial de la Shoah marque l’un des temps forts de cette commémoration. D’autres cérémonies et manifestations sont organisées partout en France. | Voir le programme sur www.yomhashoah.fr
Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 21:20

JPEG - 68.9 ko
http://www.afmd.asso.fr/Andre-Chanet.html
André Chanet matricule 39850 arrêté le 11 novembre 1943 à Grenoble déporté par le transport parti de Compiègne le 17 janvier 1944 pour Buchenwald transféré à Dora

André Chanet, Chevalier de la Légion d’Honneur s’est éteint, le 15 février 2013, à l’âge de 93 ans.

Il était entré en résistance chez Merlin Gerin, aux côtés de Marco Lipszyc, le commandant Lenoir.

Chargé d’encadrer, sans armes, la manifestation du 11 novembre 1943 aux Diables Bleus à Grenoble, il a été pris dans la rafle : il avait trouvé un passage libre et il est retourné chercher un de ses camarades qui portait des papiers importants.

Malheureusement pour eux, quand ils revinrent au pas de course, le passage était gardé par les nazis.

Déporté à Buchenwald et Dora, avec le numéro F 39850 à triangle rouge, il a fait partie du groupe de Léon Bronchart, les électriciens du Kommando AEG Electriker. Avec eux il a partagé « l’amitié et les poux ».

Avec ses deux camarades Robert Jacquet et Edouard Bontoux il avait fabriqué une petite balance en bois pour répartir équitablement la ration de pain pour trois, de margarine et de saucisson qui constituaient leur repas quotidien. Grâce à cette amitié partagée, ces trois hommes et la plupart de ceux du Kommando AEG ont pu survivre à l’enfer de Dora.

Dans son un livre « Les hommes ont besoin d’amitié »(Edition Scripta tél :09.51.71.00.49) André Chanet, écrit que pour survivre dans la jungle de Dora, l’amitié et la solidarité sont vitales pour ne pas perdre son âme, puis sa vie, tout de suite après.

Son livre est un témoignage de l’horreur dont les hommes sont capables et des incroyables capacités d’autres hommes à faire face à ces horreurs, sans violence et sans haine.

En 1945, de retour du camp de la mort de Bergen-Belsen, il prend l’initiative et la responsabilité d’édifier un Parc des Sports, dans sa commune d’Entre-deux-Guiers en Chartreuse, inauguré le 24 août 1947.

Puis il rentre à Grenoble, où il fait carrière chez Merlin Gerin, entreprise de construction de centrales électriques, et deviendra Ingénieur Princip

Partager cet article
Repost0
25 mars 2013 1 25 /03 /mars /2013 21:12
http://www.afmd.asso.fr/Ballersdorf-Haut-Rhin.html

17 Alsaciens qui en 1943 voulurent rejoindre la Suisse, pour échapper au recrutement forcé dans la « Wehrmacht », furent tués par balles au KZ Natzweiler-Struthof. Leurs familles déportées vers l’Est.

Hans Peter Goergens de Rammersweier prit part à la commémoration avec une délégation de Vieux-Thann (ville jumelée avec Rammersweier).

JPEG - 124.6 ko
monument au mort de Ballersdorf
Le Monument aux Morts de Ballersdorf

Ballersdorf, un petit village du Sundgau alsacien, se souvient chaque année de ces jeunes hommes qui ne voulaient pas participer à cette guerre insensée des nazis. Cette année, il ya 70 ans et on n’oublie pas. Toute la commune s’est réunie à l’église. L’évêque, Vincent Dollmann de Strasbourg célébrait le service religieux, et une délégation des différentes organisations évoquait la terrible époque de l’occupation, des arrestations et des déportations vers Schirmeck, pour ceux qui s’opposaient à la « Germanisation » et en particulier au recrutement de force.

On salua également avec amitié les visiteurs allemands. La maire de la commune partenaire de Ballersdorf en Bavière, Karine Schäfer, eut la possibilité, le devoir de souligner à la génération suivante de s’occuper de l’héritage difficile avec responsabilité.

Rappel historique :

Déjà au début, il avait été possible à beaucoup de jeunes alsaciens d’aller en Suisse, toute proche. Ils ne considéraient pas cela comme une fuite, mais comme un acte de résistance envers le régime nazi. Celui qui se soustrayait à la Wehrmacht, enlevait un soldat au régime hitlérien. Début 1943 la puissance de l’occupation décida de faire un exemple. Les jeunes arrêtés, l’un d’eux avait même déjà été tué lors de l’arrestation, furent condamnés à mort par le tribunal du peuple à Strasbourg.
Dans les cas plus tardifs, lors de l’exécution des douze résistants de Vieux-Thann à Rammersweier, on renonça à la farce d’un débat judiciaire.
La décision vers un pas aussi difficile de quitter la famille, ne leur était pas facile. La plupart du temps on en discutait en famille, puisque les conséquences étaient terribles pour les familles. Ils savaient qu’après cela, la famille était déportée dans ce cas en Silésie. Cela arriva à 42 familles.

C’est justement à cause de ces conséquences pour les familles, que la plupart d’entre eux se décidèrent, contre leur gré, à être enrôlés. 40 000 le payèrent de leur vie lors des combats ou bien au camp de prisonniers, en particulier au camp de Tambow.

Fortifier l’amitié

Les nazis se décidèrent à l’enrôlement des alsaciens, après que les appels à l’enrôlement volontaire s’étaient soldés par des résultats négatifs. En 1943, le manque de personnels de la Wehrmacht marqua une urgence, jusqu’au printemps, elle avait perdu un million d’hommes en Union Soviétique. C’est juste à ce moment-là que Stalingrad fut libéré.
« Du côté badois du Rhin, nous ne devrions pas oublier ce qui était arrivé aux voisins. L’argument « nous aussi nous devions » ne prend pas. Les allemands avaient voté ou avaient admis le régime nazi inhumain. Ils n’avaient aucun droit de faire payer les membres d’une autre nation. Cela raffermit l’amitié franco-allemande, si nous sommes compatissants et que nous commémorons avec eux, et que nous tirons des leçons d

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:43

 

 

 

 

Le président israélien Shimon Peres a remis mardi à Bruxelles à 22 citoyens belges le diplôme et la décoration de "Juste parmi les Nations", qui récompensent des non-Juifs ayant risqué leur vie pour sauver des Juifs de la Shoah lors de la seconde Guerre mondiale.

Ce titre de "Juste parmi les Nations" est décerné par l'institut israélien Yad Vashem en hommage aux non-Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs de la persécution, de la déportation et de l'extermination par les nazis et leurs complices. Cette reconnaissance est attribuée tant à des personnes encore vivantes qu'à titre posthume, à des proches de personnes aujourd'hui décédées.

Les diplômes et décorations ont été remis par M. Peres, au premier jour d'une tournée en Europe, lors d'une cérémonie qui s'est tenue au Palais d'Egmont en présence du prince Philippe et du vice-Premier Ministre et ministre des Affaires étrangères, Didier Reynders, a indiqué le Service public fédéral (SPF) Affaires étrangères dans un communiqué.

A ce jour, 1.612 Belges ont été reconnus "Justes parmi les Nations", la plus haute distinction décernée par Israël à ceux qui ont sauvé au péril de leur vie des Juifs pendant la Shoah.
De nombreux sauveurs ne sont toutefois pas connus ou ont souhaité rester anonymes. On estime entre 28 000 et 30 000 le nombre de Juifs qui ont pu être sauvés en Belgique.
la cérémonie de mardi clôturait et couronnait également l'année de présidence belge de l'"International Holocaust Remembrance Alliance" (précédemment "Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research").
La Belgique a présidé 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:38


Les samedi 23 et dimanche 24 mars 2013, de 15h à 16h, a lieu au Cercil (Musée Mémorial des enfants du Vel d’hiv - 45 rue Bourdon Blanc - Orléans) une lecture à deux voix "L'œil du cerf cille quand il voit l'étoile". Cette lecture  radiophonique est proposée par Catherine Gautier et Jean-Pierre Thiercelin. Ils liront des messages codés envoyés en France par le biais de Radio-Londres. Ces messages sont extraits de l’ouvrage de Michel-Roger Augeard, "Melpomène se parfume à l'héliotrope" (éd. Lattès). Ces messages seront ponctués de lecture d’extraits d’émissions de Radio Londres qui dénoncent la persécution dont sont victimes les Juifs notamment ceux internés dans les camps de Beaune-la-Rolande et de Pithiviers. 


Cette lecture à lieu dans le cadre du week-end Télérama.

L'entrée est libre dans la limite des places disponibles. 02 38 42 03 91 -cercil@cercil.eu
Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:36


Du 26 mars au 11 avril 2013, le salon d'honneur de la mairie du XXème arrondissement de Paris accueille l'exposition "Nos champs de solitude". Il s'agit d'un itinéraire photographique et littéraire à travers les camps de Buchenwald, de Dora-Mittelbau et d'Ellrich. Les photographies sont de Philippe Alkemade, les textes de Philippe Alkemade, Jean-Pierre Thiercelin et Philippe Touzet.

Le vernissage aura lieu le jeudi 28 mars 2013 à 18 heures (Salon d'honneur de la Mairie du XXe arrondissement - 6, place Gambetta - Paris). Une confirmation est souhaitée par courriel à editionsdelamandier@wanadoo.fr.
Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:35


Le 6 avril 2013, la Maison d'Izieu commémore la rafle des quarante quatre enfants et des sept adultes de la colonie d’Izieu.


Aux côtés des « anciens » de la colonie d’Izieu, des représentants des conseils d’administration et scientifique, et de l’équipe de la Maison d’Izieu,Monsieur Michel Barnier, Commissaire européen, sera également présent.

Programme de cette journée ci-dessous.



A partir du 6 avril et jusqu'au 27 juin 2013, la sculpture "Silence" de Marie Mathias sera exposée à la Maison d'Izieu.

Marie Mathias explique sa sculpture comme un arrêt sur image pour rappeler que l’horreur de la guerre existe toujours en ce monde et qu’il nous faut veiller à vivre bien, ensemble, pour laisser aux enfants une terre où il fait bon grandir.


 


Programme:
11h20 rassemblement devant la maison 
11h30 début de la cérémonie
• accueil des participants et message de bienvenue de la présidente de la Maison d’Izieu
• lectures de textes choisis et écrits par les lycéens de Saint Martin d’Hères
• appel des noms par les lycéens
• dépôts des gerbes et bouquets, moment de recueillement
• kaddish
• intervention de M. Michel Barnier
12h20 fin de la cérémonie devant la maison
12h30 inauguration de l’exposition de la sculpture "Silence" de Marie Mathias dans l’espace d’expositions temporaires de la Grange.
Partager cet article
Repost0
22 mars 2013 5 22 /03 /mars /2013 21:34


Le livre "Nos champs de solitude", Itinéraire photographique et littéraire à travers les camps de Buchenwald, de Dora-Mittelbau et d’Ellrich, avec des photographies de Philippe Alkemade, et des textes de Philippe Alkemade, Jean-Pierre Thiercelin, Philippe Touzet.

La préface est rédigée par Stéphane Hessel et avant-propos de Jens-Christian Wagner. L'édition est bilingue français-allemand ; le livre coûte 30€.
Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 21:00

Programmation :

  • jeudi 21 mars à 19h30 : "Enfants à Bergen-Belsen" de Teri Wehn-Damisch

En mai et juillet 1944, quatre convois d’épouses et d’enfants de prisonniers de guerre juifs français ont été déportés depuis Drancy vers Bergen-Belsen. Ils sont évacués par train début avril 1945. Ce convoi est libéré le 23 avril 1945 par l’armée soviétique à Trobitz, à l’est de Torgau. Un petit groupe de ces enfants survivants, dont certains n’ont encore jamais témoigné, réagissent à des images projetées, qui provoquent des souvenirs divers et poignants.

  • mercredi 27 mars à 19h30 : "Le Journal d'Hélène Berr" de Jérôme Prieur

Agrégative d’anglais, Hélène Berr a 21 ans lorsqu’elle commence à écrire son journal. L’année 1942 et les lois antijuives de Vichy vont faire lentement basculer sa vie. Elle est déportée avec sa f

Partager cet article
Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 20:58

Didier Reynders, Shimon Peres - Président israélien et le Prince PhilippeAu cours d’une cérémonie qui s’est tenue ce 5 mars au Palais d’Egmont, en présence du Prince Philippe, Shimon Peres, Président israélien, a remis à 22 citoyens belges le diplôme et la décoration de « Juste parmi les Nations ».

Le titre de « Juste parmi les Nations » est décerné par l’institut israélien « Yad Vashem » en hommage aux non-Juifs qui ont risqué leur vie pour sauver des Juifs de la persécution, de la déportation et de l’extermination par les nazis et leurs complices. Cette reconnaissance est attribuée tant à des personnes encore vivantes qu’à titre posthume, à des proches de personnes aujourd’hui décédées. 1612 Belges ont déjà été reconnus « Justes parmi les Nations ». De nombreux sauveurs ne sont toutefois pas connus ou ont souhaité rester anonymes. On estime entre 28 000 et 30 000 le nombre de Juifs qui ont pu être sauvés en Belgique.

La cérémonie en l’honneur des « Justes parmi les Nations » clôture et couronne également l’année de présidence belge de l’« International Holocaust Remembrance Alliance » (précédemment appelé « Task Force for International Cooperation on Holocaust Education, Remembrance and Research »).

Notre pays a présidé pendant une année cette organisation intergouvernementale qui compte 31 États membres. Elle a été créée pour faire perdurer le souvenir de l’Holocauste (la Shoah) et pour encourager la recherche et l’enseignement.

Au cours de la présidence belge, deux séances plénières se sont tenues en partenariat avec la Communauté flamande à Malines, et avec les communautés française et germanophone à Liège. Lors de ces séances, une politique adaptée a été élaborée pour cette organisation rebaptisée et des décisions directrices ont été prises concernant l’enseignement sur l’Holocauste, la recherche sur les camps d’extermination (« Shoah par balles »), l’accès aux archives publiques et privées, ainsi que l’organisation de journées commémoratives.

La présidence canadienne, qui débutera l’année prochaine, permettra de poursuivre sur cette voie au cours de l’année à venir.

En Belgique, l’année écoulée a aussi été l’occasion d’accorder une attention particulière au souvenir de l’Holocauste. Le 9 septembre, le premier

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche