Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 22:51

L'humoriste avait convié sur scène le négationniste Robert Faurisson avant de lui faire remettre un "prix de l'infréquentabilité" par une personne déguisée en déporté juif.

Dieudonné. (STEVENS FREDERIC/SIPA)

Dieudonné. (STEVENS FREDERIC/SIPA)

La Cour de cassation a rejeté mardi 17 octobre un pourvoi de Dieudonné, rendant ainsi définitive sa condamnation pour des propos tenus lors d'un spectacle où il avait convié sur scène le négationniste Robert Faurisson, selon un arrêt consulté mercredi par l'AFP.

En première instance comme en appel, Dieudonné M'Bala M'Bala a été condamné à 10.000 euros d'amende pour injure à caractère raciste. Il avait fait remettre à Robert Faurisson, par quelqu'un déguisé en déporté juif, un "prix de l'infréquentabilité", le 26 décembre 2008 sur la scène du Zénith de Paris, pour son spectacle "J'ai fait le con".

Dans un communiqué, la Confédération des juifs et amis d'Israël s'est réjouie de la décision de la Cour de cassation.

Deux condamnations pour 

http://tempsreel.nouvelobs.com/societe/20121017.OBS6006/dieudonne-definitivement-condamne-pour-son-spectacle-avec-faurisson.html

Partager cet article
Repost0
10 octobre 2012 3 10 /10 /octobre /2012 22:04
Auteur de référence sur Hitler, Ian Kershaw a publié le 30 août dernier un livre très attendu : «la Fin». Fruit d'années de recherches sur la capitulation allemande, il contient de nombreuses révélations sur les dix derniers mois qui aboutirent à la chute du IIIe Reich.

COLLECTION YLI/SIPA
COLLECTION YLI/SIPA
A la sortie des Bienveillantes, de Jonathan Littell, en 2006, certains ont prétendu qu'un roman pouvait nous en apprendre davantage sur le nazisme qu'un livre d'histoire. Eh bien, c'est faux. Le nouveau livre d'Ian Kershaw, la Fin, consacré à la chute du IIIe Reich, nous en apporte la preuve, s'il était besoin. Kershaw, historien britannique, est peu ou prou reconnu comme le plus grand spécialiste mondial d'Hitler depuis la «biographie» qu'il lui a consacrée (en réalité, il s'agit davantage d'une histoire du nazisme en deux tomes intitulés Hubris et Nemesis, parus en 1998 et 1999 pour la version anglaise). Cette somme, impressionnante, semblait suffisamment définitive pour qu'il n'y ait guère besoin d'y revenir. Dès lors, quel intérêt y avait-il à s'attarder sur la période spécifique de l'effondrement du Reich ? En vérité, un intérêt très grand. 

Comment se termine une guerre ? Normalement, lorsque l'un des belligérants comprend qu'il ne peut plus renverser la situation militaire, il capitule. Ou bien, s'il s'obstine, il s'effondre de l'intérieur - ainsi la Russie en 1917 ou l'Allemagne en 1918. En clair, soit il ne veut pas, soit il ne peut pas continuer. Dans tous les cas, la poursuite des combats jusqu'à la dévastation totale et l'occupation complète par l'ennemi est extrêmement rare. Mais, comme toujours, le nazisme échappe aux règles communes. Au début de 1945, un proverbe allemand disait :«Mieux vaut une fin dans l'horreur qu'une horreur sans fin.» Et, pourtant, l'agonie de l'Allemagne fut interminable. Ian Kershaw pose la question : «Comment et pourquoi, vu l'ampleur et l'escalade des calamités, le régime d'Hitler a-t-il pu fonctionner si longtemps ?» 
Dès juillet 1944, tout le monde sait que la guerre est perdue : les Alliés ont consolidé leur position sur le continent après le débarquement de Normandie, au sud, ils remontent toute l'Italie et, à l'est, l'URSS a déclenché sa contre-offensive. Leur supériorité numérique est écrasante et l'Allemagne n'a quasiment plus d'aviation. 

Mais Hitler ne veut pas entendre parler de capitulation. Il a juré que l'Allemagne ne connaîtrait plus jamais la honte de 1918. Dans les dix derniers mois de la guerre, plus de 2,5 millions de soldats allemands mourront, presque autant que dans les quatre années précédentes, ain
Partager cet article
Repost0
9 octobre 2012 2 09 /10 /octobre /2012 00:05
57812-maquis-correze-1.jpg

L’inadmissible vient de se produire avec la condamnation de Robert Hébras, rescapé de la sauvage tuerie perpétrée par les SS de la division Das Reich à Oradour-sur-Glane, le 10 juin 1944.

C’est en poursuivant son devoir de témoignage qu’il exerce depuis 68 années que le dernier survivant des rescapés de cette nuit de juin constellée de tortures (André Malraux) vient d’être l’objet d’une sentence choquante prononcée par la cour d’appel de Colmar : 1 euro de dommages et intérêts et 10 000 euros de frais de justice aux associations de « Malgré-Nous ». Comment admettre que cela a pu être fait au nom de notre peuple ? Robert Hébras est une figure emblématique qui fait l’honneur de la France, comme en témoigne la décoration allemande de haut niveau et chargée de symboles qui lui a lui été décernée et la reconnaissance du gouvernement français qui l’a fait commandeur de la Légion d’Honneur.

L’indignation grandit et l’action s’organise. La question centrale à poser et à résoudre n’est-elle pas :quelle base a permis à des magistrats de commettre un tel jugement ?

La réponse doit être claire, directe et sans tabou. Pour y parvenir la référence à la seconde guerre mondiale et à son histoire s’impose car c’est elle qui engendra Oradour-sur-Glane, Tulle, Maillé et autres crimes de guerre nazis. Que se passa-t-il avant ?

Après une année de « drôle de guerre » et la débâcle de 1940 l’Alsace fut annexée au 3ème Reich. Seuls de Gaulle et le PCF clandestin protestèrent. Le nazi allemand Wagner fut le bourreau sanglant de l’Alsace et ses crimes de guerre, dont l’incorporation de force, le firent condamner à mort et exécuter. Il fut le seul en France. L’Alsace eut ses résistants héroïques et ses collaborateurs. Aujourd’hui, comme ailleurs en France les croix gammées y apparaissent.

Revenons au verdict de Colmar. Il est la conséquence directe de l’incroyable amnistie votée en février 1953 en faveur des alsaciens d

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 23:25

Assommée par la défaite, la France s'est abandonnée en juillet 1940 à une coalition de jeunes technocrates issus d'une grande banque d'affaires, la banque Worms, et de politiciens impatients de rompre avec la politique antérieure et de revenir à ce qu'ils considèrent comme des valeurs nationales menacées : la terre, la patrie, la religion etc.

Les nouveaux dirigeants appartiennent à la droite comme à la gauche. Le vice-président du Conseil Pierre Laval est lui-même un ancien député socialiste. Ces hommes remettent au goût du jour les idées nauséabondes exprimées au siècle précédent par Édouard Drumond dans La France juive et reprises par l'Action française.

Avec les encouragements du Chef de l'État français, le Maréchal Pétain, ils promulguent dès le 3 octobre 1940 le premier statut des juifs sans y avoir été obligés par les nazis. Le statut exclut les Français identifiés comme Juifs de la plupart des fonctions publiques et de nombreuses autres professions.

En dépit de son aspect scandaleux, il passe à peu près inaperçu. Il est vrai que les Français se battent au même moment dans les difficultés du quotidien et très peu connaissent des juifs concernés par le statut. L'opinion sera plus sensible à la promulgation, l'année suivante, le 2 juin 1941, d'un statut plus rigoureux, en remplacement du premier.

http://www.herodote.net/almanach/jour.php?jour=1003

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 10:16

Bonjour à tous

 

Peut-être, êtes-vous déjà informés de ce jeu vendu sur Amazon. C’est un puzzle sur le camp de Dachau.

252 pièces, dont certaines reconstituent des cadavres de déportés.

La déportation a été une horreur indescriptible. C’est une page d’histoire qui doit être enseignée avec beaucoup de précaution et de respect.

Sauf erreur de ma part, je n’ai vu à aucun moment qui était l’éditeur de ce jeu.

Il faut absolument le savoir et demander par l’intermédiaire de nos associations le retrait et la destruction de soi-disant “jeu”.

 

Amicalement

 

Alexandra

 

Un puzzle de Dachau vendu sur Amazon : choc en Allemagne

Par Culturebox (avec AFP) Publié le 30/09/2012 à 17H09 , mis à jour le 30/09/2012 à 17H27

 

 

 

Partager sur Tumblr

Un puzzle représentant le four crématoire du camp de concentration nazi de Dachau, en Bavière, a été mis en vente sur le site du géant de la distribution en ligne Amazon. Il a d'ores et déjà suscité l'indignation d'une élue conservatrice allemande, a rapporté le magazine "Der Spiegel" sur internet dimanche.

Le puzzle de 252 pièces, vendu actuellement 24,99 dollars ou 17,99 livres (environ 20 euros) sur Amazon montre une photo des fours crématoires de Dachau, en Bavière, au sud de l'Allemagne. La page web est présentée dans la catégorie "jouets". Le puzzle est indiqué comme convenant aux enfants "à partir de 8 ans".
>
> Une "claque au visage" des rescapés des camps
> "Pour les survivants des camps de concentration et les proches des victimes, c'est une véritable claque au visage", écrit dans une lettre Gerda Hasselfeldt, présidente au Parlement du groupe CSU, le parti frère bavarois de l'Union chrétienne démocrate (CDU) de la chancelière Angela Merkel.
>
> Cette lettre est adressée à Jeff Bezos, patron du distributeur en ligne américain Amazon, citée par le magazine "Der Spiegel" sur son site internet. "Le mémorial de Dachau est un lieu de souvenir pour la souffrance d'innombrables victimes. Cela ne peut pas être dans l'intérêt d'Amazon de vendre un tel jeu", fustige Gerda Hasselfeldt.

 

Le camp de Dachau fait partie des 80 camps mis en place par le régime nazi après l'incendie du Reichstag en 1933. Plus de 200.000 personnes, opposants politiques, juifs, roms, homosexuels, handicapés, prisonniers de guerre, ont été emprisonnées dans ce camp et entre 32.000 et 43.000 y ont perdu la vie, selon les sources, jusqu'à sa libération par les troupes américaines en avril 1945.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 10:14
Aude Lancelin
Directrice adjointe de la rédaction de Marianne, responsable du service culture et idées En savoir plus sur cet auteur

Paru l’an dernier aux Etats-Unis, «Dans le lit de l’ennemi», livre de révélations sur les années d’Occupation de la couturière, a fait l’effet d’une bombe. Le 4 octobre, cette biographie signée Hal Vaughan arrivera en France. Extraits exclusifs.

(Coco Chanel, 1972 - SIPA)
(Coco Chanel, 1972 - SIPA)
On en savait déjà beaucoup sur la collaboration de Coco Chanel, son antisémitisme invétéré et sa tentative infructueuse d’évincer les frères Wertheimer du capital de sa maison. Paru fin 2011 aux Etats-Unis, le livre d’Hal Vaughan, ancien grand reporter et vétéran de la Seconde Guerre mondiale, apporte pourtant les preuves qui manquaient encore au dossier – l’Américain ayant eu accès à des archives nazies récemment ouvertes au public. «C’est un vrai scoop, des pièces jamais produites», affirme Edmonde-Charles Roux, auteur de la biographie de référence sur Gabrielle Chanel, l’Irrégulière (Grasset, 1974). 

Bien davantage qu’une «collaboratrice horizontale», amoureuse d’un agent allemand, comme certains veulent encore le penser avec indulgence, le livre met en scène une lionne irréparablement blessée par la vie, mais aussi extraordinairement dure, prête à tout pour sauver sa fortune et ses proches, y compris au pire : festoyer à Paris avec des délateurs de juifs, utiliser les lois d'ayrianisation contre ses rivaux en affaires, ou se rendre à Berlin en 1943 pour soudoyer un proche d'Himmler. 

Proallemande à la manière d'Hélène, la femme de Paul Morand, un des intimes de la couturière ? Pas exactement. Plutôt pro-Chanel, envers et contre le sort du monde entier. Ainsi que la créatrice de génie l’affirma un jour à l’écrivain dans une confidence extraordinaire aux échos presque sadiens, mêlant inextricablement les diktats de la mode à ceux de l’idéologie totalitaire : «Je ve
Partager cet article
Repost0
1 octobre 2012 1 01 /10 /octobre /2012 13:12

Le samedi 13 octobre 2012 à 17 heures, le Grand Orient de France organise auMémorial de l’Internement et de la Déportation à Compiègne une ecture par Roland Timsit et trois autres comédiens d’extraits des minutes du procès militaire du convoi du 2 juillet 1944. Ces témoignages ont été recueillis par Eric Garnier, fils de déporté qui a eu accès à ces archives inédites.

Après une cérémonie officielle de dépôt de gerbe au monument des déportés en présence des autorités (17h), vous assisterez à une lecture théâtralisée des témoignages recueillis lors du procès de Metz (1947-1950) qui met en cause un des responsables de cette tragédie.

Ce transport est le cinquième parti de France à prendre la direction du KL Dachau depuis le débarquement de Normandie. C’est aussi le plus important q

http://www.gadlu.info/godf-conference-resistance-memoire-de-deportes.html

Partager cet article
Repost0
25 septembre 2012 2 25 /09 /septembre /2012 20:13

Cliquer ici pour éditer

Voir la version en ligne

 

 

Le parcours européen de mémoire

 

de Francine MAYRAN

 

continue et arrive à LUXEMBOURG avec l'exposition

 

MEMOIRES DES DEPARTS-DEPARTS DE MEMOIRES?

 

du 10 octobre au 10 décembre 2012

 

 

 

​L'artiste serait ravie de vous rencontrer

au vernissage le 10 octobre à partir de 18h,

pour partager avec vous ses peintures de mémoire, réveiller les consciences et réfléchir aux traces de la barbarie

 

 

 

au Centre de Documentation et de Recherche sur l'Enrolement Forcé

Mémorial de la déportation

3A rue de la déportation

L-1415 LUXEMBOURG

 

 

Pour toute information et pour prolonger avec elle le parcours de l'exposition:

Francine MAYRAN

0635130240

francine.mayran@gmail.com

http://www.fmayran.com

 

 

 

Facebook

 

 

 

Cet email a été envoyé à afmd71@neuf.fr, cliquez ici pour vous désabonner.

francine mayran
16 rue Twinger
67000 STRASBOURG

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2012 1 24 /09 /septembre /2012 18:51
Chantal Calles, au milieu de ses proches et d'amis, a mis en garde contre les dangers du négationnisme.
Chantal Calles, au milieu de ses proches et d'amis, a mis en garde contre les dangers du négationnisme.

Vendredi soir, à Naveil, Chantal Calles, recevait la croix de chevalier dans l’ordre national du Mérite pour son combat au nom du devoir de mémoire.

Inlassable cheville ouvrière du travail de mémoire sur la Déportation, Chantal Calles, fille de déporté, préside depuis 2007 l'Association des amis de la Fondation pour la mémoire de la Déportation prenant le relais du Vendômois Jean Chollet, dont la mère Yvonne Chollet, est décédée en déportation au camp de Ravensbrück.

Fidèle aux commémorations patriotiques vendômoises, organisatrice d'expositions régulières destinées à œuvrer pour la mémoire, Chantal Calles, qui habite Naveil depuis la retraite, mène avec acharnement son combat contre l'oubli, comme le soulignait, vendredi, Maurice Leroy lors de la remise de la médaille de chevalier dans l'ordre national du Mérite.

" Se protéger du négationnisme "

L'occasion pour le député et président du conseil général, de rappeler aussi les conditions de la disparition de Raymond Le Bas, le père de Chantal Calles, muté en décembre 1942 à Blois en tant que commissaire spécial à la préfecture de Loir-et-Cher. Elle n'avait alors que 8 ans.
« Depuis le 11 novembre, les troupes allemandes ont franchi ainsi la ligne de démarcation. Votre pè

http://www.lanouvellerepublique.fr/Loir-et-Cher/communes/Vend%C3%B4me/n/Contenus/Articles/2012/09/17/L-ordre-national-du-Merite-pour-Chantal-Calles

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2012 3 19 /09 /septembre /2012 21:19

2012 : Le Mémorial du camp de Drancy, qui sera inauguré aux abords de la cité de la Muette, achèvera un cycle commémoratif commencé dans l’immédiat après-guerre, d’abord à l’échelle restreinte de la municipalité et d’une association d’anciens internés, puis à l’échelle du pays.

De nouveaux enjeux mémoriels sont maintenant posés (et affirmés) par cette muséification d’un lieu de vie qui n’a pas d’équivalent en France.

 

Ainsi, des dizaines de documents iconographiques, des centaines de pages de correspondance clandestine écrites par des internés à leurs familles ont été exhumés, et pour beaucoup, sont parvenus au Mémorial de la Shoah. Echappantà la censure, de par leur nature de source clandestine, ces documents jusqu’alors inconnus offrent un regard totalement nouveau au sujet du fonctionnement du camp de Drancy, des relais de décision entre les Allemands, Vichy et l’administration juive internée, mais aussi des manières de penser, de sentir et de voir au sein de la masse des internés.

 

D’autres témoins, morts en déportation, ont laissé un certain nombre de journaux qui ont été publiés grâce à l’opiniâtreté de Serge Klarsfeld. C’est lui qui, en 1991, édite le récit de Noël Calef, publie en 1999 les journaux de l’avocat François Montel, responsable juif du bureau administratif du camp, de janvier à avril 1942, et de son successeur jusqu’en juin 1943, Georges Kohn. Des lettres et journaux ont encore été exhumés au cours de la dernière décennie du 20e siècle et de la première décennie du 21e siècle.

 

Il en va ainsi du journal écrit en détention par le dentiste Benjamin Schatzman, déporté à Auschwitz en septembre 1942 et père d’Evry Schatzman, le fondateur de l’école française d’astrophysique. Plus récemment a été retrouvée une partie de la correspondance partiellement clandestine adressée à son épouse par Zacharie Mass, médecin roumain de Maisons-Alfort, interné à Drancy d’octobre 1941 à juillet 1943.

 

Nous proposons ainsi un récit de l’histoire du camp de Drancy fondé sur des sources en grande partie inédites ou jamais exploitées. Ce récit est intimement mêlé au présent.

 

Michel Laffitte
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche