Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 juillet 2012 2 10 /07 /juillet /2012 10:00
10 juillet 1940 : Pleins pouvoirs au Maréchal Pétain

Le 10 juillet, dans le casino de la ville d'eaux de Vichy, la Chambre élue en 1936 sous les couleurs du Front Populaire vote les pleins pouvoirs au maréchal Philippe Pétain. 80 députés sur 649 s'y opposent. C'est la fin de la IIIe République et le début de ce qu'on appelle le « régime de Vichy ».

Pierre Laval, vice-président du Conseil, s'est chargé de lire devant les députés la lettre du maréchal demandant les pleins pouvoirs en vue de préparer une nouvelle Constitution. Pétain lui-même a veillé à ne pas se présenter devant « ces gens-là »qu'il méprise. Sitôt le vote acquis, la Chambre est dissoute et le nouveau chef de l'État, outrepassant la mission qui lui a été confiée, s'arroge les pleins pouvoirs. Il entame à 84 ans une carrière de dictateur.

Le Maréchal fait très vite l'objet d'un véritable culte de la personnalité. Beaucoup de sommités se retrouvent aux côtés du vainqueur de Verdun avec l'espoir de régénérer le pays grâce à une « Révolution nationale ».

10 juillet 1943 : Débarquement anglo-saxon en Sicile

Le 10 juillet 1943, les Anglo-Saxons débarquent en Sicile. C'est l'opération« Husty ». La 8e armée britannique du général Bernard Montgomery pose le pied sur la côte méridionale ; la 7e armée américaine du général George Patton sur la côte occidentale. Les troupes italiennes et allemandes sont prises au dépourvu et en cinq semaines, les Alliés s'emparent de l'île. À Rome, le gouvernement est pris de panique...

suite de l'article

http://www.herodote.net/almanach/jour.php?jour=0710

Partager cet article
Repost0
2 juillet 2012 1 02 /07 /juillet /2012 10:19
La gauche et les associations patriotiques ont répondu à la Ville en chantant hier soir devant la mairie
Georges Sabatier, ancien maire communiste de Bollène, et les 400 personnes présentes ont entonné le Chant des partisans devant la mairie.

Georges Sabatier, ancien maire communiste de Bollène, et les 400 personnes présentes ont entonné le Chant des partisans devant la mairie.

Photo Jérôme Rey

 

Le collectif initiateur de ce rassemblement voulait une réponse forte. Il l'a eue, avec la venue de plus de 400 personnes hier en fin d'après-midi sur le parvis de la mairie de Bollène. "Malgré les longues campagnes électorales qui viennent de se terminer, cette mobilisation démontre que beaucoup de citoyens sont inquiets",expliquait après coup Serge Fiori, responsable local du Parti communiste.

Dans la foule qui se pressait autour de Georges Sabatier, ancien maire PCF de 1977 à 1989 et maître d'oeuvre des opérations, de nombreux Bollénois, mais aussi des voisins du Pays Voconce, de l'Enclave, ou encore de la Drôme et du Gard, ainsi que Pierre Meffre et Fabienne Haloui, candidats de gauche dans la circonscription lors des dernières législatives.

Une assemblée plutôt grisonnante, mais pas seulement, à l'image d'un petit groupe de trentenaires, largement féminin, venu au titre de "citoyens, juste pour montrer qu'on est en éveil". Le tout dans une ambiance bon enfant, sous l'oeil de policiers en civil et de quelques gendarmes restés à l'écart sans avoir à intervenir.

"Un sursaut pour la défense de la République"

Si le côté politique d'une manifestation largement coloré par les drapeaux rouges du PCF et du Front de gauche était évident, il s'agissait aussi d'apporter une réponse républicaine à l'interdiction municipale d'interpréter le "Chant des partisans" le 18 juin. "Ce rassemblement est un sursaut pour la défense de la République, de ses valeurs et du devoir de mémoire", résumait Anthony Zilio, responsable local du Partis socialiste.

Propos repris par les représentants de l'Arac (Association républicaine des anciens combattants). "L'heure n'est plus à la vigilance mais à l'action pour défendre les valeurs républicaines. Ce qui s'

http://www.laprovence.com/article/politique/carpentras-400-partisans-qui-ont-du-choeur


L'histoire du "Chant des partisans" : un refrain né dans la guerre, devenu universel

Le "Chant des partisans", baptisé parfois "Marseillaise de la Résistance" a émergé sous l'occupation nazie, pendant la Seconde Guerre mondiale. Ses paroles ont été écrites par deux intellectuels, le journaliste, grand reporter, romancier Joseph Kessel et

http://www.laprovence.com/article/politique/carpentras-400-partisans-qui-ont-du-choeur

Partager cet article
Repost0
28 juin 2012 4 28 /06 /juin /2012 11:00

Logo Onac

 

Sont nommés au cabinet de M. Kader ARIF, ministre délégué auprès du ministre de la défense, chargé des anciens combattants :

 

- M. Maurice BRAUD, directeur du cabinet,

- M. Serge BARCELLINI, conseiller auprès du ministre, à compter du 1er juillet,

- M. Pascal PIAT, directeur adjoint du cabinet,

- M. Guy BONO, chef du cabinet,

- Mme Charlotte DAMMANE, conseillère politique, chargée du lien Armée-Nation et

des relations avec les associations, à compter du 15 juillet,

- M. Rémi BRANCO, conseiller parlementaire, à compter du 1er juillet,

- M. Pierre BAZIN, conseiller pour la presse et la communication,

- M. Luc VASSY, conseiller pour les relations internationales, à compter du 1er juillet.

 

Avec mes respectueuses salutations

 

M. Yves ANDREU

Directeur du service départemental

de l'ONAC-VG de Saône-et-Loire

Cité administrative - 24, bd Henri Dunant

71025 Mâcon Cedex

 (  : 03 85 22 56 40

 6   : 03 85 38 46 79

 * : yves.andreu@onacvg.fr

 

sites internet:

www.onac-vg.fr

 

www.bleuetdefrance.fr  

-> soutenez l'Oeuvre Nationale du Bleuet de France

Partager cet article
Repost0
27 juin 2012 3 27 /06 /juin /2012 08:10

La remise a eu lieu le mercredi 20 juin, au collège Jean Jaurès à Evreux.

La remise des prix du concours national de la résistance et de la déportation s'est déroulée en présence de M. le Préfet, M. le Directeur académique, Mme et M. les vice-présidents du Conseil Général et de nombreuses personnalités officielles.
Ce concours était présidé par M. Georges, principal du collège de Thiberville.
Les porte drapeaux des anciens combattants étaient présents et ont entouré les lauréats de ce concours dont la grande qualité des productions, individuelles ou collectives a été, une nouvelle fois, soulignée. Nous avons pu en découvrir quelques extraits grâce à une projection riche en émotions qui nous rappelle que la mémoire de
Partager cet article
Repost0
26 juin 2012 2 26 /06 /juin /2012 10:36

Catherine Henuin, secrétaire générale de la préfecture, pose sur le perron en compagnie des lauréats du Concours de la Résistance et de la Déportation

Catherine Henuin, secrétaire générale de la préfecture, pose sur le perron en compagnie des lauréats du Concours de la Résistance et de la Déportation


 

 

Lundi soir, dans les salons de la préfecture, se tenait la cérémonie de remise des prix du Concours national de la Résistance et de la Déportation. Orchestré par Serge Clément, le directeur académique des services de l'Éducation nationale et Catherine Henuin, la secrétaire générale de la préfecture, l'événement bénéficiait également de la présence hautement symbolique d'Hubert Danésini, le président aubois du comité d'organisation du concours ainsi que des membres de l'Onac et d'autres associations d'anciens combattants.
Véritable travail de pérennisation de l'histoire, le concours a su, cette année, séduire bien plus d'élèves que l'année dernière. S'ils étaient 157 collégiens et lycéens à plancher en 2011 sur la répression de la Résistance, la participation a bondi pour atteindre cette année les 288 élèves. Thème imposé : la Résistance dans les camps nazis.

Trois épreuves au choix

En guise de préambule, Serge Clément a tenu à féliciter les 56 lauréats « qui ont eu à cœur d'honorer leurs aînés, eux qui avaient refusé le totalitarisme au péril de leur vie ».
Tant au collège qu'au lycée, les participants devaient choisir entre trois épreuves : le devoir individuel sur table, le mémoire collectif et le mémoire collectif audiovisuel.
Dans la première catégorie, qui voit Alain Gouet du lycée Saint-François de Sales récompensé, le jury a noté « la grande capacité des candidats à rendre compte du quotidien des Résistants ». Le lycéen, qui avait obtenu la deuxième place l'année dernière, a choisi un plan chronologique pour traiter des différents formes de Résistance dans 

http://www.lest-eclair.fr/article/culture-et-loisirs/la-resistance-dans-les-camps-nazis-inspire-les-eleves-aubois

Partager cet article
Repost0
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 09:57

Les-deux-Collegues-gendarmes-tuees-s-appelaient-Alicia-Ch.jpg

 

206097_10150868379961286_1438726548_n.jpg

 

179128_3792641226627_1133511314_n.jpg

 

600604_243758655736358_2085774834_n.jpg

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2012 4 21 /06 /juin /2012 09:37

Ce lundi, à l’issue de la cérémonie de commémoration de l’Appel du 18 juin 40,  le préfet de région, M. Didier Lallement , a reçu dans les salons de la préfecture de Caen, comme cela est de coutume,  à l’initiative du service départemental de l’ONAC du Calvados,  les lauréats du concours départemental du concours national de la Résistance et de la Déportation 2012.

image

Cette cérémonie tend à honorer les élèves du département, qui sous l’impulsion de leurs  professeurs,  et chefs d’établissements,  réalisent un travail mémoriel  important  autour  de ce qu’ont vécu nos anciens lors de la seconde guerre mondiale. D’ailleurs,  certains d’entre eux participent ,  à cette remise de prix parfois, souvent émouvante.

image

La cérémonie a d’ailleurs été ouverte par une allocution de M. Pedro MARTIN, Président de l’association départeme  ntale pour la promotion et l’animation du concours national de la Résistance et de la Déportation du Calvados et Président de l’association départementale des déportés et internés résistants et politiques et familles de disparus du Calvados .suivie par une intervention de M. Lallement qui  a fait part de son étonnement de voir  cette absence de sensibilisation du public passant auprès de la cérémonie,” qui a montré plus, son impatience et son désintérêt,voire  son indifférence,  que  l’envie de se recueillir quelques instants en mémoire  et reconnaissance pour les anciens combattants présents , les derniers à pouvoir témoigner. Merci à eux, à ce qu’ils ont fait pour que nous retrouvions notre liberté” à précisé le représentant de l’Etat.  Qui a conclut : “la guerre ce n’est pas seulement un jeu vidéo. C’est vraiment beaucoup plus grave”.

 

PALMARES

 

1 – NIVEAU CLASSES DE LYCEES

A – Devoirs Individuels

 1er prix :

Mlle Eléonore GENEST du Lycée Victor Hugo de Caen (professeur Mme Christine TARRICONE)

image

Prix attribués : – Livres 1, 2 et 3 « 5 ans d’enfer, 50 de purgatoire » de Christian Dorriere ;

- « Mathausen, crimes impunis » de Paul Le Caër ;

- « Elles et Eux de la Résistance » de Catherine Langlois et Michel Raynaud ;

- « La maison des prisonniers » de Marie-Pierre Haem-Leclercq;

- « De Gaulle vu par les Français »

- CD Rom sur la Résistance dans le Calvados ;

- 1 entrée pour le Mémorial Pegasus Bridge de Ranville.

 2ème prix :

http://www.caensavezvous.fr/?p=19119

Partager cet article
Repost0
19 juin 2012 2 19 /06 /juin /2012 09:04


IMG_0023.JPG

C’est avec une profonde tristesse que nous venons d’apprendre le décès de Monsieur Marcel STOURDZE survenu quelques jours seulement avant ses 99 ans, il était président de l’Association des Anciens Déportés Juifs de France.

Monsieur STOURDZE, en 2007, avait parrainé, à la demande de François Julien-Labruyère (éditeur du Croît-Vif), le livre de Josie Martin-Lévy « Ne dis jamais ton nom ». Il avait aussi présenté le manuscrit du livre à Madame Simone Veil (alors Présidente de la Fondation pour la Mémoire de la Shoah) qui avait accepté d’en écrire la préface. Monsieur STOURDZE en avait écrit une des postfaces… j’avais écrit la seconde...

C’est ainsi qu’en mars 2007 j’ai rencontré Marcel STOURDZE, lors de la présentation du livre de Josie Lévy à Paris et plus particulièrement en Charente. C’est son fils Jean-Michel qui l’avait accompagné car Monsieur STOURDZE avait déjà 94 ans et de graves séquelles physiques que lui avait laissées sa déportation. Présent

http://confolentais.blogs.charentelibre.fr/archive/2012/06/18/lesterps-10eme-petite-chronique-de-la-nuit-en-hommage-a-marc.html

Partager cet article
Repost0
18 juin 2012 1 18 /06 /juin /2012 08:39

 

 

L'article paru mardi 5 juin, intitulé « Lucien Cadiou, fils de déporté, raconte » a provoqué une vive émotion parmi les déportés, familles de déportés et associations de déportés (Association de déportés internés et familles de disparus des Côtes-d'Armor, association des déportés et internés résistants patriotes des Côtes-d'Armor, Association des amis de la Fondation pour la mémoire de la Déportation des Côtes-d'Armor).

Le père de M. Cadiou n'était pas déporté, mais prisonnier de guerre. « Il ne s'agit en aucun cas de porter un jugement sur la pénibilité ou non de la captivité de M. Cadiou, mais la vie d'un déporté (ou la mort) en camp de concentration ou d'extermination ne peut en aucune façon être assimilée à celle d'un prisonnier de guerre. »

L'utilisation des termes « déporté » et « Dé

http://www.ouest-france.fr/actu/actuLocale_-Precision-prisonnier-et-non-deporte-_22059-avd-20120615-63052731_actuLocale.Htm

Partager cet article
Repost0
15 juin 2012 5 15 /06 /juin /2012 10:30

Le 16 avril 2012, dans la grande cour des Invalides, en présence du président de la République, des plus éminents candidats à l’élection présidentielle, de ministres et de généraux, de représentants des corps constitués, d’ambassadeurs et d’une foule d’amis, de sympathisants, de lycéens regroupés autour de sa famille, les honneurs militaires ont été rendus à la dépouille de Raymond Aubrac , ancien résistant, ancien hors la loi, citoyen du monde, grand croix de la Légion d’honneur, disparu quelques jours plus tôt à près de quatre-vingt dix-huit ans.

Un destin hors normes. Comme Mendès France, bien qu’ils soient venus d’horizons politiques différents, Aubrac a prouvé ce que peut en certains instants la volonté d’un homme même dans une société humaine mondialisée. Comme Mendès France, quoique par des voies différentes, il a été un pionnier de l’affranchissement du Tiers Monde. Comme Mendès France, il lui a fallu faire face à des mises en accusation scandaleuses. Comme Mendès France,  son nom reste une référence et un exemple tant par son combat et les valeurs qu’il a incarnées que par son message renouvelé aux jeunes de s’engager, comme lui l’avait fait, afin de construire pas à pas  le futur.

Né le 31 juillet 1913, Raymond Samuel, pseudo Aubrac, est, quand éclate la guerre un jeune ingénieur des Ponts et Chaussées qui a parfait sa formation en Amérique au MIT et s’est initié au marxisme dans des cercles communistes. Officier du génie durant la campagne de France, rescapé de captivité grâce à sa jeune femme, l’agrégée d’histoire Lucie Bernard, est, dès la fin de 1940, un des tout premiers militants de la Résistance. Cofondateur du mouvement Libération aux côtés d’Emmanuel d’Astier de La Vigerie, il en est un des organisateurs, un de ses cadres dirigeants, et il s’emploie rapidement à le doter d’une branche paramilitaire, ce qui lui vaut de devenir un des adjoints du général Delestraint, nommé par de Gaulle commandant en chef de l’Armée secrète. Après l’arrestation de ce dernier, il aurait été promu inspecteur général et chef d’état-major de l’Armée secrète pour la zone nord s’il n’avait été pris avec Jean Moulin au piège du traquenard de Caluire  le 21 juin 1943. Il est délivré trois mois plus tard par le coup d’éclat d’un corps franc de la Résistance animé par sa jeune femme, enceinte de cinq mois, qui attaque en pleine rue de Lyon le convoi allemand où il se trouve et en février 1944 il est « exfiltré » clandestinement vers Londres avec Lucie  et son jeune fils. Nommé membre de l’Assemblée consultative d’Alger, il est écarté par une cabale des hautes fonctions auxquelles le destinait d’Astier et s’engage dans les parachutistes : « Vous

http://www.mendes-france.fr/2012/05/30/hommage-a-raymond-aubrac-par-jean-louis-cremieux-brilhac/

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche