Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 22:55
le Dimanche 28 avril 2013

Il y a 80 ans, le nazisme triomphait. Hitler imposait son pouvoir en Allemagne dans l’indifférence quasi générale des démocraties et entraînait le monde dans un conflit qui prit fin en 1945 après des années de terreur, par la victoire sur le nazisme.

C’est alors que les déportés survivants revinrent des camps de concentration et d’extermination.

Nous avons le devoir, au nom de nos camarades disparus, de rappeler ces événements qui ont ponctué notre histoire.

Tant que nous pourrons prendre la parole, nous devons dire aux générations nouvelles que c’est surtout dans les moments de crise que resurgissent les discours antidémocratiques, xénophobes, racistes et antisémites, dans lesquels elles doivent discerner les thèses de ceux qui ont exterminé les juifs d’Europe, massacré les Tziganes, déporté et fusillé les Résistants.

Aujourd’hui, il est essentiel qu’elles reconnaissent, dans d’autres discours, les vociférations d’Adolf Hitler et la voix soumise de Philippe Pétain. Ainsi averties, pourront-elles combattre le danger s’il se présente.

Nous lançons aujourd’hui, un appel à la vigilance, au respect de l’être humain, de sa dignité et du droit à la différence. Ce message que nous adressons aux jeunes générations se veut partie prenante de la construction de l’avenir.

Ce message a été rédigé conjointement par

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (F.M.D.),
La Fédération Nationale des Déportés et Internés de la Résistance (F.N.D.I.R.),
La Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes (F.N.D.I.R.P.),
L’Union Nationale des Associations de Déportés, Internés et Familles de disparus (U.N.A.D.I.F.).

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 22:53

logofndp.gif

Le thème retenu par le jury national pour l’édition 2012-2013 du Concours national de la Résistance et de la Déportation est:

« Communiquer pour résister 1940-1945.

On insistera sur l’importance de la communication pour les résistants. On étudiera le rôle joué par la presse clandestine, les tracts, 

la radio… dans leur combat. On pourra établir des liens avec des événements postérieurs qui ont montré l’importance de la communication dans la lutte pour la liberté. »

Comme chaque année, le Patriote Résistant publiera un « Spécial Concours » destiné aux enseignants et aux élèves

Partager cet article
Repost0
17 avril 2013 3 17 /04 /avril /2013 22:52

Les responsables et sympathisants de deux associations ont déposé des gerbes fleuries au pied de la plaque commémorative au square des Cités-Unies

Les responsables et sympathisants de deux associations ont déposé des gerbes fleuries au pied de la plaque commémorative au square des Cités-Unies


Romilly-sur-Seine - C'est au foyer SNCF que se sont tenus, dimanche matin, les travaux des deux associations, Anacr et FNDIRP, avant le dépôt de gerbes

 

Présidée par Christian Barthélemy, l'assemblée générale qui a réuni, dimanche, au foyer SNCF, l'Anacr et la FNDIRP a demandé l'instauration d'une Journée de la Résistance. « Elle mérite de prendre officiellement sa place dans le calendrier mémoriel national. C'est dans les moments de crise que ressurgissent les discours xénophobes, racistes, antisémites, antidémocratiques, ne baissons pas la garde, restons vigilants, chacun d'entre nous doit rester un dépositaire de la mémoire ! revendiquent les membres des deux associations. Pour ce faire, nous voudrions créer un espace permanent et municipal : un comité de pilotage est déjà créé. Nous aurons

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:21
 LE PATRIOTE RESISTANT


Le Patriote Résistant est la publication mensuelle de la FNDIRP.

Il a été créé en 1946.

Le Patriote Résistant vous intéresse.. Il peut intéresser également des personnes que vous connaissez. 
Abonnez-vous ou offrez un abonnement... Soutenez l'action de la FNDIRP.

Il traite de tous les aspects de la déportation et de l'internement, historiques et humains. Il fournit de nombreux témoignages, publie des interviews, des critiques d'ouvrages. Il oeuvre à la défense des valeurs de la Résistance et de déportation, propose des réflexions sur la transmission de cette mémoire. 

Lu dans le numéro du mois d'Avril 2013

  •  
    1. Une augmentation préoccupante des actes antimusulmans et antisémites. La Commission nationale consultative des droits de l’homme a rendu public son rapport annuel pour 2012 à l’occasion de la Journée internationale de lutte contre le racisme le 21 mars. Elle y exprime son inquiétude face, d’une part, à l’augmentation des actes antimusulmans et antisémites (données communiquées par le ministère de l’Intérieur) et, d’autre part, en analysant les résultats d’un sondage sur le racisme dans l’opinion publique. Nous publions ici de brefs extraits de ce rapport, qui se passent de commentaires..
    2. Une si longue attente. Il était élève instituteur au lycée de Dijon, résistant aux Forces unies de la jeunesse patriotique (Front national). C’est au domicile de ses parents que Maurice Voutey fut arrêté le 22 mai 1944. Ensuite, il y eut un bref message jeté du train et transmis à sa famille par un cheminot. Après, le silence. Des mois de silence…. Voici son récit, écrit en 1987.
    3. « Je suis entré dans un camp de déportés ». Avril, mai 1945. Les portes des camps s’ouvrent. Dans le sillage des militaires, les reporters des grands journaux découvrent l’univers concentrationnaire, comme René Payot du Journal de Genève. Son article date du 16 avril 1945.
    4. Mise au point sur les assassinats massifs nazis par les gaz. Début 2011, les éditions Metropol de Berlin ont publié le n° 29 de la série de Publications de la Fondation brandebourgeoise pour les Mémoriaux. C’est le titre de cet ouvrage qu’a emprunté Jean-Luc Bellanger pour un article qui veut résumer l’essentiel de l’examen détaillé de nos connaissances dans ce domaine des assassinats de masse par asphyxie.
    5. Le Prix Marcel Paul : mission accomplie. De 1988 à 2012, la FNDIRP a décerné chaque année son prix Marcel Paul pour récompenser les auteurs de mémoires de maîtrise puis de master 1 ou 2 relatifs à la Résistance et/ou à la Déportation (régime de Vichy, Occupation, répression politique, persécutions, etc.). Après l’annonce de sa suppression (voir PR de novembre 2012), le président du jury, Maurice Cling, membre du Conseil d’administration de la FNDIRP, retrace ici l’histoire et le beau bilan de ce prix devenu au fil des ans une «véritable institution».
    6. A bâtons rompus avec Raymond Lovato et Alain Lorriaux. Quelques jours après l’inauguration du Mémorial de la Déportation en gare de Compiègne le 14 mars, nous avons rencontré deux artisans de sa réalisation, Raymond Lovato, président de l’ADIRP de l’Oise, et Alain Lorriaux, président de l’Association pour le Mémorial du wagon de la Déportation. Rencontre avec deux passionnés pour lesquels ce beau projet et le travail de mémoire et de vigilance qu’il implique sont loin d’être terminés. Propos recueillis par Irène Michine.
Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:20

Dans un courrier qu’il adresse le 16 avril 1943 au secrétaire général de la Société des Nations (SDN), Sean Lester, le général de Gaulle exprime très clairement que la vraie France demeure membre de la Société. Il développe pour justifier cet état de fait un argumentaire juridique de qualité qui repose sur une chronologie vérifiée.

“Me référant à ma déclaration publique du 27 octobre 1940, ainsi qu’au mémorandum du Comité national français en date du 23 février 1943 et en accord avec le général Giraud, j’ai l’honneur de vous faire savoir que les Français, libres d’exprimer actuellement leur volonté, ne peuvent tenir pour effective la notification qui vous a été faite le 19 avril 1941 sans que le peuple français, privé de l’exercice de sa souveraineté ai été à même, par l’organe de représentation légitime, de se prononcer sur la position de la France vis-à-vis de la Société des Nations”.
Dès lors, on comprend que la France combattante ne reconnaît pas une position adoptée sous la 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:19

70 ans après les faits, Robert Laplace, son épouse et sa mère, tous 3 aujourd'hui décédés, ont reçu à titre posthume la distinction de Justes parmi les Nations. Pendant la 2nde Guerre Mondiale, ils avaient caché Lisette, une petite juive de 6 ans, et son frère.

C'est Lisette elle-même qui a engagé les démarches: à partir de 1942, la petite fille juive, alors âgée de 6 ans, et son frère ont été cachés à Soissons par une famille catholique, les Laplace.

70 ans après les faits, Robert Laplace, son épouse et sa mère ont été élevés au rang de Justes par les Nations; Leur nom figure désormais par les 3750 a

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:18

 

 

 

 

 

 

 

 

 


Il se rappelle y avoir même appris le Corse avec les autres gamins et s’excuse de l’avoir oublié aujourd’hui. Tant d’années ont passé, l’essentiel est demeuré : la mémoire de l’hospitalité et de la solidarité dans le malheur, deux valeurs essentielles dans la culture corse.

C’est un fait historique peu banal et que bien peu de Français connaissent sans doute que Clémentine et André Campana relatent dans ce documentaire que France 5 ne diffuse qu’en deuxième partie de soirée ce dimanche : oui, la petite île de Corse a été le seul département français durant les années noires de l’Occupation qui n’a arrêté ni déporté de Juifs. Mieux, elle les a accueillis, cachés et protégés, des autorités de Vichy d’abord, dont on a pu mesuré le zèle ailleurs, des troupes italiennes ensuite, débarquées en masse en novembre 1942 (quelque 85 000 hommes quand même) lorsque l’Allemagne nazie envahit la Zone libre, puis des Allemands eux-mêmes (près de 14 000 soldats en renfort) dont la Corse se libèrera seule, là encore, et la première de tous les départements français, le 5 octobre 1943.

Et pourtant, nombre d’entre eux y avaient cherché refuge très tôt, juifs français ou étrangers comme ces familles entières venues d’Allemagne ou d’Autriche se cacher à Porto et Ota, que les Corses, ironie du sort, appelaient entre eux familièrement « les Boches ». Ailleurs, on les surnomme aussi « les touristes » : ce sont des Juifs qui ont fui, la plupart, la Syrie ou la Palestine ottomane en 1916, refusant de se battre dans les rangs de l’Empire turc. Et des touristes, par définition, ça ne concerne pas les recensements administratifs… Partout, les enfants sont scolarisés, intégrés au Village, entité emblématique en Corse. Et quand en août 42, Vichy réclame via le Télégramme 12 520 que les « opérations de ramassage » des Juifs étrangers commencent, « les Boches de Porto et d’Ota « tout comme les «touristes-apatrides » disséminés aux quatre coins de l’île ne seront ni dénoncés ni arrêtés, mais protégés par toute une population et son administration, police et gendarmerie inclues, jusqu’à leurs fournir de faux papiers turcs… Joli témoign

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:17

Colloque du jeudi 23 au samedi 25 mai à Bruxelles, au Press Centre du Résidence Palace et à la Bibliothèque Royale de Belgique


Argumentaire

 

Alors que les crimes commis par la Wehrmacht ont été, de 1995 au début des années 2000, largement reconnus grâce à la vaste exposition itinérante qui leur était consacrée, alors que l’ampleur des massacres à l’Est a acquis une visibilité sans précédent, dans les années 2000, grâce aux recherches sur la « Shoah par balles », alors que l’année passée 1 300 000 visiteurs ont été à Auschwitz, la reconnaissance historique et mémorielle des Sonderkommandos et des Arbeitsjuden, témoins au plus près de la « Shoah par gazage », est plus difficile à acquérir. Les gazages seraient-ils relégués à l’arrière-plan ? Les agents contraints du dispositif de crime de masse le plus sophistiqué de la modernité seraient-ils toujours personae non gratae de l’histoire comme de la mémoire ?

 

Les Sonderkommandos d’Auschwitz ont été les agents contraints et les témoins du gazage des Juifs d’Europe, de Tsiganes, des déportés considérés inaptes et des nombreux soldats soviétiques. Ils ont été au cœur du processus d’extermination nazi ayant atteint son plus haut degré de technicité. Pourtant, leur histoire, leurs témoignages écrits et oraux, en dépit des récentes publications, n’ont pas de place véritablement reconnue dans la mémoire du génocide des Juifs. Ils ont longtemps été bannis de la mémoire juive et diabolisés par les déportés eux-mêmes. À la suite de Primo Levi, certains historiens ou philosophes les classent dans la zone grise qui est souvent réinterprétée de façon péjorative. La présence des Arbeitsjuden dans les autres centres d’extermination est encore plus négligée.

 

 

La Fondation Auschwitz – Mémoire d’Auschwitz ASBL organise un colloque international sur les Sonderkommandos d’Auschwitz et les Arbeitsjuden d’autres centres de mise à mort. Cette manifestation rassemblera un nombre important de témoins, chercheurs et arti

Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:16
Partager cet article
Repost0
16 avril 2013 2 16 /04 /avril /2013 21:11

http://cercle.jean.moulin.over-blog.com/categorie-12530082.html

Lundi 15 avril 2013

14 Avril 2013

Publié par ASEREF

ob_c05e8d0a7b2ef0323122974ade419856_logo

Association pour le Souvenir de l'Exil Républicain Espagnol en France. Blog associatif de l'actualité mémorielle des républicains espagnols. Asociacion para el recuerdo del exilio republicano español en Francia

Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
Lundi 15 avril 2013

14 Avril 2013

Publié par ASEREF

ob_c05e8d0a7b2ef0323122974ade419856_logo

Association pour le Souvenir de l'Exil Républicain Espagnol en France. Blog associatif de l'actualité mémorielle des républicains espagnols. Asociacion para el recuerdo del exilio republicano español en Francia

Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
Lundi 15 avril 2013
Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
Lundi 15 avril 2013

ob_c05e8d0a7b2ef0323122974ade419856_logo

Association pour le Souvenir de l'Exil Républicain Espagnol en France. Blog associatif de l'actualité mémorielle des républicains espagnols. Asociacion para el recuerdo del exilio republicano español en Francia

Au soir du 24 août 1994, une petite avant-garde de la 2ème DB du général Leclerc fonçait dans Paris insurgé mais toujours occupée par les Allemands et atteignait l’hôtel de ville. La quinzaine de blindés prenait position pour défendre le Comité National de Libération qui s’y était installé.

Les Parisiens accourus s’étonnaient de découvrir les noms de ces blindés: Madrid, Guadalajara, Brunete, Guernica, Teruel et même Don Quichotte…

Deux jours plus tard, le général de Gaulle, le général Leclerc, les membres du Comité de Libération, remontaient à pieds les Champs Elysée au milieu de la liesse populaire.

Les images d’actualité montrent ces mêmes blindés ouvrant cette marche et assurant la protection des deux hommes et celle de la foule des Parisiens qui les acclament, mais ces images laissent anonymes les hommes à bord de ces blindés.

L’histoire officielle a été frappée d’amnésie à l’égard de ces hommes.

Pour le grand public, ils sortiront enfin de l’anonymat et de l’oubli soixante ans plus tard, en août 2004, dans un article du Nouvel Observateur signé par le général Michel Roquejoffre.

Il écrit :

« Ce sont les véhicules du lieutenant Amado Granell, qui rêvait de la restauration de la République en Espagne ;

De l’adjudant-chef Campos, anarchiste, évadé d’Espagne, chef de commando dans les corps francs d’Afrique ; du sergent chef

Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
Lundi 15 avril 2013

14 Avril 2013

Publié par ASEREF

ob_c05e8d0a7b2ef0323122974ade419856_logo

Association pour le Souvenir de l'Exil Républicain Espagnol en France. Blog associatif de l'actualité mémorielle des républicains espagnols. Asociacion para el recuerdo del exilio republicano español en Francia

ob_a5e25d3814840dd8eebf0176bd89cdba_1.jp
ob_91ae538005d0ad80d36dfccb0a124cae_bobi

A Montpeller (photo du haut) ou à Bobigny (photo ci-dessus) les descendants des républicains espagnols entendent défendre les valeurs de la République et soutiennent leurs amis espagnols dans l'exigence d'une toisième République

Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
Mercredi 10 avril 2013
Par cercle Jean Moulin Publié dans : républicains espagnols 
Ecrire un commentaire
M
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche