Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:39

L’association départementale souhaite vivement poursuivre son action jusqu’en 2015


La Fédération nationale des déportés et internés résistants et patriotes (FNDIRP) est une association loi 1901, fondée en 1945 par le colonel Henri Manhès et Marcel Paul. Elle porte l’héritage de ceux qui, au cœur même des camps nazis, faisaient le serment de témoigner au nom de tous ceux qui n’en reviendraient pas ; l’héritage des internés dans les prisons de la France occupée, des combattants qui se regroupaient pour accueillir les rescapés.

Au terme de 68 ans d’existence, la FNDIRP est à un tournant de son histoire puisque les départements sont appelés le 31 mai 2013 à se prononcer sur la poursuite ou non de la fédération. Il semblerait qu’un problème financier, pouvant avoir une résolution, serait à l’origine de cette possible dissolution. À laquelle il faut sans doute ajouter la diminution naturelle des effectifs, même si ceux-ci sont ouverts aux descendants de celles et ceux qui ont souffert ou sont morts dans les camps nazis ou autres.

Lors de l’assemblée générale, les 247 adhérents du département de Saône-et-Loire se sont prononcés contre la dissolution de la FNDIRP et souhaitent poursuivre, tout au moins jusqu’au 70e anniversaire de la fin de la guerre de 1939 – 1945. Un argument soutenu
 

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:35

(Re)écouter cette émissionDisponible jusqu'au 11 janvier 2016

NDLR : Dans ce reportage : la voix de Jean Moulin !

Une exposition et un livre font revivre un héros et un homme : Jean Moulin

Affiche de l'exposition  © Coll. Escoffier / Conception graphique : Collectif Au fond à gauche 2013

Chacun connait le rôle de Jean Moulin dans la Résistance, mais sait-on quel homme il fut ? Un livre aux éditions Tallandier et l'exposition "Redécouvrir Jean Moulin, collections inédites" au Musée du Général Leclerc de Hauteclocque et de La Libération de Paris / Musée Jean Moulin de Montparnasse révèlent le haut fonctionnaire républicain, farouche opposant à l'occupant dès juin 1940, mais aussi l'amoureux de la vie, des femmes et des

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:34
 
La photo de Jean Moulin à « moins de 10 ans » et son aquarelle « Le marin aux trois filles », qui date des années 1930, sont deux des pièces exposées au Musée du général Leclerc et de la Libération de Paris (XVe).La photo de Jean Moulin à « moins de 10 ans » et son aquarelle « Lemarin aux trois filles », qui date des années 1930, sont deux des pièces exposées au Musée du général Leclerc et de la Libération de Paris (XVe). (LP/Ph.B.)
Intitulé « le Carnaval », ce dessin très coloré des années 1920 représente une foule en liesse ainsi légendé : « Je suis très ennuyé, j’ai perdu ma femme. — Moi aussi je suis ennuyé, je n’ai pas encore pu perdre la mienne. » Ce dessin, qu’on croirait tout...
Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:33
Vue de Jean Moulin en Bretagne

COLLECTIONS INÉDITES (1899-1943)

Musée du Général Leclerc de Hautecloque et de la Libération de Paris - Musée Jean Moulin

Du 18 avril au 29 décembre 2013

Le 70e anniversaire de la disparition de Jean Moulin, unificateur de la Résistance, gloire du corps préfectoral, Compagnon de la Libération, est l’occasion de valoriser les collections du musée Jean Moulin qui s’enrichit du legs de l’une de ses petites cousines.

L’homme moderne qui aimait la vie, le préfet engagé au sein du gouvernement du Front populaire, le résistant mais aussi l’amateur d’art et le dessinateur, sont au coeur de cette exposition. Ayant rêvé d’une carrière artistique, devenu haut fonctionnaire par raison, Jean Moulin continue de s’adonner à sa passion sous le pseudonyme de Romanin et collectionne, influencé par Max Jacob et l’École de Paris, les oeuvres de Soutine, Dufy, Survage… Il est arrêté à Caluire (Rhône), le 21 juin 1943, sous la fausse identité de Jacques Martel, peintre décorateur. La scénographie conçue par le collectif Au fond à g

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:31

En ce vendredi 19 avril 2013, jour du 70e anniversaire de la révolte du ghetto de Varsovie, un vaste musée d’histoire des Juifs de Pologne a ouvert ses portes sur le site de cette tragédie humaine, pour expliquer à la fois la cohabitation millénaire complexe entre juifs et Polonais, mais aussi témoigner des crimes nazis et soviétiques.

Le bâtiment très moderne a été finalisé par deux architectes finlandais, Rainer Mahlamaeki et Ilmar Lahdelma. Sa façade en verre est frappée:” d’une déchirure symbolique, s’ouvrant sur des parois ondulées dans une allusion à la traversée biblique de la mer Rouge par les Juifs que Moïse conduisit d’Egypte en Israël” explique les concepteurs de ce haut lieu de mémoire.
“Pendant des siècles, la Pologne a accueilli la plus grande diaspora juive du monde”, résume le directeur de l’établissement Andrzej Cudak.
La Pologne est-elle un paradis ou un enfer juif? “Les deux théories existent”, commente l’historien Szymon Niedziela. Et d’ajouter: “Le grand historien juif Meyer Balaban, mort en 1942, évoquait en latin “Polonia paradisus judeorum” ce qui n’est pas anodin”. D’autres spécialistes insistent sur les pogroms, les lois anti-juives et les persécutions religieuses, c’est pourquoi ils ont établi l’anti-thèse: “Polonia infernus judeorum”, et l’ont justifiée par les conclusions de leurs travaux.
Le musée se travers comme une exposition qui conduit le visiteur via huit galeries. Cela début

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:30

Depuis l’échec de Médenine, le maréchal Erwin Rommel qui a été rappelé en Europe a estimé que la partie était perdue pour l’Axe en Afrique du Nord. Son jugement a été politiquement critiqué mais il persiste et dit à qui veut bien l’entendre que maintenir les forces italo-allemandes au lieu de travailler à un repli stratégique de l’autre côté de la Méditerranée est une attitude suicidaire. Rommel a bien évalué la situation et la réalisation de sa prédiction n’est plus qu’une question de jours, de quelques semaines au plus. Depuis la fin mars, les attaques coordonnées de la 8e armée anglaise et du 2e corps américain ont contraint les unités allemandes et italiennes à abandonner d’abord la ligne Mareth puis celle de l’ouesd Akarit. Elles se sont repliées jusqu’à Enfidaville et de ce fait ont abandonné tout le sud de la Tunisie. Le 15 avril 1943, ces formations ne tiennent plus qu’une grosse tête de pont autour de Tunis et de Bizerte. Seulement les soldats italiens et allemands ont pris soin d’occuper les crêtes qui dominent le secteur. Ils ont donc une vue très large et sont capables de détecter la progression des forces adverses. En effet depuis la ceinture des hauteurs qui courent du cap Serrat jusqu’à Enfidaville ils sont bien positionnés et prêts à répliquer.

De fait, le 19 avril 1943, ils réussissent à repousser une première offensive des troupes alliées. Les forces de l’Axe consomment beaucoup de munitions aussi les officiers alliés estiment qu’il suffit de les isoler et de les

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:27

Le général Jurgen Stroop reçoit l’ordre de réduire le ghetto de Varsovie et de permettre une déportation massive de celles et ceux qui y sont enfermés. Pour mener à bien cette mission, il mobilise un maximum d’effectifs composites puisque sont réquitionnées à la fois des compagnies SS, des agents des services de renseignements, des auxilliaires Ukrainiens, Lituaniens et lettons dont l’antisémitisme a été exacerbé.

Le plan nazi prévoit l’exécution de la mission en trois jours et débute à l’aube du 19 avril 1943.
Les stratèges de Reich reçoivent d’emblée un camouflet parce qu’ils comptent sur l’effet de surprise. Or la nouvelle de leur intervention a été communiquée à des responsables du ghetto qui ont promis de mobiliser les leurs et de ne pas se laisser faire.
Dès l’entrée des premiers contigents appuyés alors par des blindés légers, ils sont accrochés par des combattants bien dissimulés qui ne disposent pas d’armements lourds mais les empêchent de prendre position. Deux véhicules sont rapidement détruits et cela contraint les soldats à se replier et à se mettre à l’abri tandis que sont évacués les blessés.
Que peuvent environ trois mille hommes contre la révolte de près de 30 000 qui ont décidé de se dissimuler et de se battre maison par maison? De cinq cents à un milllier de combattants volontaires parviennent à contrarier des soldats aguerris. L’organisation de combat juive Zydowska Org

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:26

Un millier de personnes ont participé à Varsovie aux cérémonies du 70e anniversaire du soulèvement du ghetto annoncées par les sirènes de la ville et les cloches de toutes les églises. Le chef de l’État polonais Bronislaw Komorowski, le président du Parlement européen Martin Schulz, le ministre israélien de l’Éducation Shai Piron et des survivants de l’Holocauste ont été au rendez-vous de cet important temps mémoriel. Le président Komorowski a rappelé: “Aucune capitale en Europe n’a été détruite au même point que Varsovie, transformée en amas de ruines, car aucune n’a lutté trois fois contre l’envahisseur, en 1939, en 1943 et en 1944″.

Le chef de l’Etat a décoré d’une haute distinction polonaise l’un des derniers combattants de l’insurrection, Simcha Rotem, surnommé Kazik, âgé de 89 ans. “Vous avez aussi lutté pour une Pologne indépendante. Je vous remercie au nom de la Pologne et des Polonais”. Simcha Rotem, âgé de 19 ans en avril 1943, avait réussi à évacuer par le réseau des égouts une poignée d’insurgés. Il est venu spécialement d’Israël où il réside, pour être présent aux cérémonies dans sa ville natale. Le viel homme a confié: “Nous ne pensions en aucun cas que nous allions vaincre les Allemands. Mais il nous fallait agir, c’était une question de dignité”.
En Allemagne, au Bundestag, une minute de silence a été observée à la mémoire des insurgés de Varsovie.
“Nous nous souvenons avec une grande humilité de la souffrance, du sens du sacrifice et de l’aspiration à la liberté des gens du ghetto de Varsovie”, a déclaré Guido Westerwelle le ministre des Affaires étrangères.
Un cortège de plusieurs centain

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:25


Que trouve-t'on au Centre de documentation ?

  •  
      
    Le service de documentation n'a pas vocation à se substituer aux bibliothèques et centres institutionnels existants, dont les fonds sont irremplaçables et les installations prévues pour accueillir le public. En revanche, il constitue une source complémentaire d'information pour les chercheurs qui travaillent sur l'internement et la déportation, et sur l'activité associative qui, après 1945, a porté la mémoire de ces faits.

    Le service de documentation est accessible aux chercheurs sur rendez-vous uniquement, et après définition de l'objet de la recherche, sauf exception : 
    du lundi au jeudi de 13 h 45 à 17 h 00 
    le vendredi de 13 h 45 à 16 h 15 
    téléphonez au 01 44 17 38 25 ou 38 26 ou  fndirpdoc@club-internet.fr 
    Laissez-nous vos coordonnées postales afin que nous puissions vous faire parvenir éventuellement des documents.

    Le fonds documentaire comporte : 
    Une bibliothèque de plus de 2 700 volumes sur la résistance, l'internement et l'internement, dont des ouvrages peu diffusés ou épuisés (témoignages de 1945 à 1950) et certains travaux universitaires, notamment ceux qui ont été couronnés par le Prix Marcel Paul. Les ouvrages sont répertoriés informatiquement par titres, auteurs et mots-clés.

    La collection du Patriote Résistant, mensuel de la FNDIRP depuis 1945. Cette collection est microfilmée pour les années 1945 à 1995. Un dépouillement systématique informatisé permet de retrouver par ailleurs, pour toute la période 1945-2006 plus de 7 000 articles par mots-clés (thèmes ou  lieux), titres ou auteurs.

    Des archives réunies ou produites par la FNDIRP : témoig

Partager cet article
Repost0
19 avril 2013 5 19 /04 /avril /2013 22:23
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche