Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2009 4 25 /06 /juin /2009 21:15


Jean-Marie Bockel, secrétaire d'État à la Défense et aux anciens combattants, maire de Mulhouse, et Olivier Becht, maire de Rixheim, ont dévoilé le monument commémoratif en hommage au Général de Gaulle sur la place de l'appel du 18-Juin à l'occasion du 69e anniversaire de ce premier discours historique lancé de Londres.
Après les remerciements du maire aux artistes du Cercle des arts de la commune pour la réalisation de ce monument symbolique, Jean-Marie Bockel a remis l'insigne de chevalier dans l'Ordre national du mérite à Thierry Nicolas.  Puis un jeune sapeur-pompier volontaire, Vincent Cartagena, a procédé à l'évocation historique de l'appel du 18-Juin 1940 lu ensuite par Roland Keidel, délégué par le Haut-Rhin de la fondation de la France libre.  Arnaud Halm et Andréa Bienco, membres élus au conseil municipal ...

Pour lire l'article complet :
accédez aux archives de dna.fr
Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:31
Le texte de l'Appel du 18 juin 1940


 

Discours du Général de Gaulle prononcé à la radio de Londres le 18 juin 1940. Cet appel n'a pas été enregistré.



« Les chefs qui, depuis de nombreuses années, sont à la tête des armées françaises, ont formé un gouvernement. Ce gouvernement, alléguant la défaite de nos armées, s'est mis en rapport avec l'ennemi pour cesser le combat.

Certes, nous avons été, nous sommes, submergés par la force mécanique, terrestre et aérienne, de l'ennemi.

Infiniment plus que leur nombre, ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui nous font reculer. Ce sont les chars, les avions, la tactique des Allemands qui ont surpris nos chefs au point de les amener là où ils en sont aujourd'hui.

Mais le dernier mot est-il dit ? L'espérance doit-elle disparaître ? La défaite est-elle définitive ? Non !

Croyez-moi, moi qui vous parle en connaissance de cause et vous dis que rien n'est perdu pour la France. Les mêmes moyens qui nous ont vaincus peuvent faire venir un jour la victoire.

Car la France n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle n'est pas seule ! Elle a un vaste Empire derrière elle. Elle peut faire bloc avec l'Empire britannique qui tient la mer et continue la lutte. Elle peut, comme l'Angleterre, utiliser sans limites l'immense industrie des Etats-Unis.

Cette guerre n'est pas limitée au territoire malheureux de notre pays. Cette guerre n'est pas tranchée par la bataille de France. Cette guerre est une guerre mondiale. Toutes les fautes, tous les retards, toutes les souffrances, n'empêchent pas qu'il y a, dans l'univers, tous les moyens nécessaires pour écraser un
jour nos ennemis. Foudroyés aujourd'hui par la force mécanique, nous pourrons vaincre dans l'avenir par une force mécanique supérieure. Le destin du monde est là.

Moi, Général de Gaulle, actuellement à Londres, j'invite les officiers et les soldats français qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, avec leurs armes ou sans leurs armes, j'invite les ingénieurs et les ouvriers spécialistes des industries d'armement qui se trouvent en territoire britannique ou qui viendraient à s'y trouver, à se mettre en rapport avec moi.

Quoi qu'il arrive, la flamme de la résistance française ne doit pas s'éteindre et ne s'éteindra pas.

Demain, comme aujourd'hui, je parlerai à la Radio de Londres. »

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 20:11
Hommage à Pierre Brision, résistant déporté



 

Dernièrement, en l'église de Saint-Julien-les-Villas, un vibrant et solennel hommage a été rendu à Pierre Brision, ancien résistant déporté.

Sa déportation, à 18 ans, fut la conséquence de son engagement dans la Résistance en 1943. À Buchenwald, où il passa 21 mois, il fit partie du comité militaire qui, le 11 avril 1945, libéra le camp avant même l'arrivée des troupes américaines.

Ce jour-là, avec ses compagnons survivants, ils firent un serment scellant entre eux un pacte d'espoir « d'un monde de solidarité où tous les êtres humains s'épanouiraient dans le respect de leurs droits, dans la paix et la liberté ».

Depuis son retour, Pierre n'avait cessé de se mettre au service de ceux qui ne sont pas rentrés. Il savait écouter, lui qui avait vécu dans sa chair l'enfer concentrationnaire nazi, avec la farouche volonté de transmettre son témoignage aux collégiens et lycéens. Au cours de l'office religieux, des hommages émouvants ont honoré Pierre Brision, qui était un exemple de générosité et de tolérance.
Dès son retour de Buchenwald, Pierre s'engagea pour la défense des droits des rescapés ; il devint président de l'Association des déportés internés résistants patriotes de l'Aube, vice-président de l'Association nationale des anciens combattants de la Résistance et œuvra pour que naisse, en 2000, la délégation de l'Aube de l'Association des Amis de la fondation pour la mémoire de la déportation, permettant ainsi à d'autres voix de faire entendre ce lourd héritage auprès des jeunes générations : « Ceux qui vivent sont ceux qui luttent », disait Victor Hugo.

Pierre a reçu les insignes de Chevalier de la Légion d'honneur en 1972. Pour son action pédagogique, il venait, le 23 mai dernier, d'être promu Chevalier dans l'Ordre des Palmes académiques.

 

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:37

Le Serment de Buchenwald



"Nous, les détenus de Buchenwald, nous sommes venus aujourd'hui pour honorer les 51.000 prisonniers assassinés à Buchenwald et dans les kommandos extérieurs par les brutes nazies et leurs complices.


51.000 des nôtres ont été fusillés, pendus, écrasés, frappés à mort, étouffés, noyés et tués par piqûres.

51.000 pères, frères, fils sont morts d'une mort pleine de souffrance, parce qu'ils ont lutté contre le régime des assassins fascistes.

51.000 mères, épouses et des centaines de milliers d'enfants accusent.

Nous, qui sommes restés en vie et qui sommes des témoins de la brutalité nazie, avons regardé avec une rage impuissante, la mort de nos camarades. Si quelque chose nous a aidé à survivre, c'était l'idée que le jour de la justice arriverait.


AUJOURD'HUI, NOUS SOMMES LIBRES


Nous remercions les armées alliées, les Américains, les Anglais, les Soviétiques et toutes les armées de Libération qui luttent pour la Paix et la vie du monde entier.


Nous rendons hommage au grand ami des antifascistes de tous les pays, à l'organisateur et initiateur de la lutte pour un monde nouveau, que fut F.D. Roosevelt. Honneur à son souvenir.


Nous, ceux de Buchenwald, Russes, Français, Polonais, Slovaques et Allemands, Espagnols, Italiens et Autrichiens, Belges et Hollandais, Luxembourgeois, Roumains, Yougoslaves et Hongrois, nous avons lutté en commun contre les SS, contre les criminels nazis, pour notre libération.


Une pensée nous anime :

NOTRE CAUSE EST JUSTE, LA VICTOIRE SERA NOTRE


Nous avons mené en beaucoup de langues, la même lutte dure et impitoyable. Cette lutte a exigé beaucoup de victimes et elle n'est pas encore terminée.

Les drapeaux flottent encore et les assassins de nos camarades sont encore en vie. Nos tortionnaires sadiques sont encore en liberté. C'est pour ça que nous jurons, sur ces lieux de crimes fascistes, devant le monde entier, que nous abandonnerons seulement la lutte quand le dernier des responsables sera condamné devant le tribunal de toutes les Nations.

L'écrasement définitif du nazisme est notre tâche.


NOTRE IDEAL EST LA CONSTRUCTION D'UN MONDE NOUVEAU DANS LA PAIX ET LA LIBERTE.

Nous le devons à nos camarades tués et à leurs familles. Levez vos mains et jurez pour démontrer que vous êtes prêts à la lutte".

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:35



Statuts de l'association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

Article 1

Il est créé une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901 dénommée "Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation"

Article 2

Cette association (AFMD) a pour but de contribuer, par tous les moyens possibles, au développement et à la réalisation des objectifs de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD).
Elle regroupe toutes les personnes physiques et morales qui souhaitent agir pour assurer la pérennité, l'enrichissement et la transmission de la mémoire de la Déportation et de l'Internement, dans le respect plein et entier des buts de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

L'association a également pour objet de :

  • combattre les crimes contre l'humanité ou les crimes de guerre,
  • défendre les intérêts moraux et l'honneur de la Déportation, de l'Internement
    et de la Résistance ainsi que ceux des déportés, des internés, des résistants, des disparus dans les camps et leurs familles ;
  • lutter contre les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire ;
  • assister les victimes de discriminations fondées sur leurs origines nationale, ethnique, raciale ou religieuse, et les victimes d'actions menées par les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire ;
  • combattre le racisme et l'antisémitisme ;
  • lutter contre toute résurgence du nazisme et toute idéologie prônant l'intolérance et la discrimination raciale ou religieuse.

Article 3

La durée de l'association est indéterminée.

Article 4

Le siège social est fixé 31, boulevard Saint-Germain, 75005 Paris. Il peut être modifié sur simple décision du Conseil d'Administration.

Article 5

L'association se compose de :

  1. membres de droit
  2. membres actifs
  3. membres bienfaiteurs

Sont membres de droit : trois représentants de la FMD ; membres actifs : les personnes physiques ou morales qui acceptent les présents statuts et qui versent une cotisation annuelle fixée par l'Assemblée générale ; membres bienfaiteurs : les personnes physiques ou morales qui versent un droit d'entrée déterminé par l'Assemblée générale et une cotisation fixée par l'Assemblée générale.

Article 6

La qualité de membre se perd par :

  1. la démission
  2. le décès pour les personnes physiques
  3. la liquidation ou la dissolution pour les personnes morales
  4. la radiation prononcée par le Conseil d'Administration pour motif grave, suivant les modalités précisées dans le règlement intérieur de l'association
  5. le non-paiement de la cotisation annuelle.

Article 7

Les membres de l'association peuvent se regrouper en structures locales selon les modalités précisées dans le règlement intérieur de l'association.

Article 8

Les ressources de l'association comprennent notamment :

  • le montant des cotisations et des droits d'entrée ;
  • les subventions de l'Etat, des collectivités locales et de tout organisme public ou privé, français, européen ou international ;
  • les produits financiers des placements effectués ;
  • les dons et legs.

Article 9

L'association s'engage à présenter ses registres et pièces de comptabilité sur toute réquisition du ministère de l'Intérieur ou de toute autorité habilitée, concernant l'emploi des libéralités qu'elle serait autorisée à recevoir, et à adresser à l'autorité compétente un rapport annuel sur sa situation et ses comptes, ainsi qu'à laisser visiter ses établissements par les délégués des autorités compétentes et à leur rendre compte du fonctionnement des dits établissements.

Article 10

L'association est dirigée par un Conseil d'Administration comprenant au moins quinze membres. La Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD) désigne trois membres de droit. Les autres administrateurs sont élus pour trois ans par l'Assemblée générale. Les membres du Conseil d'Administration, hormis les trois membres de droit, sont renouvelables par tiers à chaque Assemblée générale. Les premiers renouvellements seront effectués par voie de tirage au sort. Les membres sont rééligibles.
Parmi ses membres, le Conseil d'Administration élit un Bureau dont au moins un membre de droit, qui comprend, entre autres :

  1. un(e) président(e)
  2. deux vice-président(e)s
  3. un(e) secrétaire, un(e) secrétaire adjoint(e)
  4. un(e) trésorier(e), un(e) trésorier(e) adjoint(e).

Article 11

Le Conseil d'Administration est investi des pouvoirs les plus étendus conformément aux prescriptions du règlement intérieur pour prendre toutes décisions qui ne sont pas réservées à l'Assemblée générale.
Le président représente l'association dans tous les actes de la vie civile. Il a notamment qualité pour agir en justice.
Pour un acte délimité, le président peut déléguer son pouvoir à un autre membre du Bureau. Les missions du Bureau et celles de ses membres sont définies par le règlement intérieur.

Article 12

Le Conseil d'Administration se réunit au moins trois fois par an sur convocation du président ou du secrétaire, ou sur demande du quart de ses membres. L'ordre du jour est indiqué sur les convocations. Les décisions sont prises à la majorité des voix ; en cas de partage, la voix du président est prépondérante.

Article 13

L'Assemblée générale ordinaire comprend tous les membres de l'association. Elle se réunit une fois par an. Les membres de l'association sont convoqués par le Conseil d'Administration au moins quinze jours avant la date fixée.
L'ordre du jour est indiqué sur les convocations.
Le président, assisté des membres du Bureau, préside l'Assemblée.
Le Secrétaire expose le rapport moral de l'association qui est soumis à l'approbation de l'Assemblée générale. Le Trésorier rend compte de sa gestion et soumet le bilan à l'approbation de l'Assemblée générale.
Les décisions sont prises à la majorité des voix des personnes présentes ou représentées ; en cas de partage, la voix du président est prépondérante.

Article 14

En cas de besoin, ou sur demande de la majorité absolue des membres actifs, le président peut convoquer une Assemblée générale extraordinaire selon les formalités prévues aux articles précédents. Elle est seule compétente pour modifier les statuts.

Article 15

Un règlement intérieur, établi par le Conseil d'Administration, fixe les points non prévus par les présents articles, et notamment ceux relatifs au fonctionnement interne de l'association.

Article 16

En cas de dissolution prononcée par les deux tiers au moins des membres présents ou représentés à l'Assemblée générale, un ou plusieurs liquidateurs sont nommés par celle-ci et l'actif, s'il y a lieu, est dévolu à la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

Article 17

Le président est mandaté pour remplir toutes les formalités de déclaration et de publication prévues.

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:24



Buts de l'AFMD

L'AFMD a pour but de contribuer, par tous les moyens possibles, au développement et à la réalisation des objectifs de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (FMD).
(
Cf. Convention FMD/AFMD ci-dessous)

Elle regroupe toutes les personnes physiques et morales qui souhaitent agir pour assurer la pérennité, l'enrichissement et la transmission de la mémoire de la Déportation et de l'Internement, dans le respect plein et entier des buts de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

L'association a également pour objet de :

  • combattre les crimes contre l'humanité ou les crimes de guerre,
  • défendre les intérêts moraux et l'honneur de la Déportation, de l'Internement et de la Résistance ainsi que ceux des déportés, des internés, des résistants, des disparus dans les camps et leurs familles,
  • lutter contre les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire,
  • assister les victimes de discriminations fondées sur leurs origines nationale, ethnique, raciale ou religieuse, et les victimes d'actions menées par les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire,
  • combattre le racisme et l'antisémitisme,
  • lutter contre toute résurgence du nazisme et toute idéologie prônant l'intolérance et la discrimination raciale ou religieuse.



Convention FMD/AFMD



Convention entre la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l'Association des Amis de la Fondation

Entre les soussignés ;
la Fondation pour la Mémoire de la Déportation, sise 71, rue Saint-Dominique 75007 PARIS représentée par sa Présidente, madame Marie-José Chombart de Lauwe d'une part,et l'Association des Amis de la Fondation, (ci-dessous dénommée A.F.M.D.), sise 31 boulevard Saint-Germain -75005 PARIS représentée par son Président, monsieur Dany Tétot, d'autre part.

Article 1 : la Fondation pour la Mémoire de la Déportation

La Fondation pour la Mémoire de la Déportation a pour buts :

  • "de pérenniser la mémoire de la Déportation et de l'Internement en complétant dès maintenant et en prolongeant dans l'avenir l'action des déportés, des internés, et de leurs fédérations, associations, et amicales, qu'ils aient été arrêtés en application des mesures de répression ou de persécution prises, entre 1940 et 1944 sur le territoire français, y compris dans les départements annexés par le IIIe Reich (Haut-Rhin, Bas-Rhin, Moselle), et dans ses dépendances d'Outre-Mer, par l'occupant ou le gouvernement de Vichy ;
  • de défendre les intérêts moraux et l'honneur des déportés et internés, de leurs familles (tels que définis ci-dessus) ;
  • de s'opposer à toute atteinte aux libertés, à la dignité de la personne humaine et aux droits de l'Homme, bafoués par tout système totalitaire, en témoignant pour que ne tombent dans l'oubli ni le système concentrationnaire, ni le génocide qui a frappé les populations juives, tsiganes, et slaves, ni l'ensemble des exactions commises par les nazis à l'encontre des peuples qui furent soumis à leur domination, y compris le peuple allemand ;
  • de contribuer, par tous les moyens d'information sur la Déportation et l'Internement, à empêcher le retour dans le monde de situations aussi inhumaines que celles qu'ont connues les déportés et les internés;
  • de participer ainsi à la formation civique des nouvelles générations dans le respect de la vérité historique ;
  • d'approfondir les connaissances sur la Déportation, l'Internement et la Résistance, par l'exploitation de l'importante documentation accumulée par les associations (fédérations, associations et amicales de camps) et en particulier par la F.N.D.I.R.P. (Fédération Nationale des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes) et enrichie par celle existant en d'autres centres de recherche avec lesquels la Fondation se tiendra en relation ;
  • de continuer les recherches entreprises pour mieux connaître la pathologie concentrationnaire et ses séquelles, notamment grâce aux observations effectuées dans les établissements médicaux, et en particulier ceux créés par la F.N.D.I.R.P., pour soigner les déportés et internés ; C'est au fonctionnement des établissements créés par la F.N.D.I.R.P. que l'UMIF (Union des Mutuelles d'Ile de France) coopère depuis 1986, avec tous ses moyens, afin de développer et d'étendre ces recherches sur des populations différentes subissant d'autres sortes de stress ; ces recherches constituent un apport important à l'étude des syndromes post-traumatiques de stress (P.T.S.D.: Post Traumatic Stress Disorders) survenant lors des cataclysmes, des guerres, des famines, des situations de répression, afin d'en mieux combattre les effets ; elles ont une portée générale".


L'ensemble des actions de mémoire décidées par le Conseil d'Administration sont réalisées en liaison et en partenariat avec les partenaires de la Fondation et en particulier avec l'A.F.M.D. pour ce qui concernent les recherches et l'éducation populaire.

Article 2 : L'A.F.M.D. a été créée le 2 février 1996 à l'initiative de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation afin de conduire sur le terrain les actions de mémoire telles que définies à l'article 1 de la présente convention, au lieu et place des adhérents que la loi ne permet pas à la Fondation d'avoir. La mission impartie à l'A.F.M.D. (article 2 de ses statuts) précise que :

  • "cette association a pour but de contribuer, par tous les moyens possibles, au développement et à la réalisation des objectifs de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation. Elle regroupe toutes les personnes physiques et morales qui souhaitent agir pour assurer la pérennité, l'enrichissement et la transmission de la mémoire de la Déportation et de l'Internement, dans le respect plein et entier des buts de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation.

  • L'association a également pour objet de
  • combattre les crimes contre l'humanité ou les crimes de guerre,
  • défendre les intérêts moraux et l'honneur de la Déportation, de l'Internement et de la Résistance ainsi que ceux des déportés, des internés, des résistants, des disparus dans les camps et de leurs familles,
  • lutter contre les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire,
  • assister les victimes de discriminations fondées sur leur origine nationale, ethnique, raciale ou religieuse, et les victimes d'actions menées par les négationnistes et les falsificateurs de l'histoire,
  • combattre le racisme et l'antisémitisme,
  • lutter contre toute résurgence du nazisme et toute idéologie prônant l'intolérance et la discrimination raciale ou religieuse".



Article 3 : la Fondation est donc l'autorité morale ayant en charge de conduire la politique de mémoire de la Déportation et de l'Internement, l'A.F.M.D. contribue à traduire cette politique sur le terrain.

Article 4 : la Fondation pour la Mémoire de la Déportation et l'Association des Amis de la Fondation sont donc indissolublement liées dans la poursuite des mêmes objectifs. Chacune des deux parties informera l'autre des initiatives qu'elle sera amenée à prendre pour la réalisation des objectifs déterminés dans les articles précédents.

  • La Fondation associe l'A.F.M.D. à la conception et à la réalisation de chacun de ses projets, et réciproquement.
    En particulier, compte tenu à la fois des motifs pour lesquels elle a été créée, de l'autorisation qui lui a été accordée par la Fondation d'utiliser son logo, et de son titre même, l'A.F.M.D. s'interdit de prendre quelqu'initiative que ce soit qui pourrait porter préjudice à l'action de la Fondation en particulier dans les domaines dans lesquels elle est pilote sur le plan national.


Article 5 : les modalités d'application de cette convention concernent en particulier la participation à toutes les réunions de Bureau (sauf exceptions liées à l'ordre du jour) et de Conseil d'Administration, de représentants de l'autre partie aux fins de coordination des actions des deux parties. La présente convention vise aussi toutes les formes de coopération constantes ou ponctuelles sur des objectifs communs.

C'est dans l'application de ces principes que se concrétisera le slogan :"adhérer à l'A.F.M.D, c'est soutenir l'action de la Fondation".

Partager cet article
Repost0
21 juin 2009 7 21 /06 /juin /2009 19:14

















































Les témoignages des anciens déportés sont d'autant plus importants que, régulièrement, certains écrits ou discours osent minimiser ou même nier l'existence et l'importance des crimes nazis.

C'est pour cela qu'est née en 1990 la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (F.M.D) puis en 1995 l'Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation (A.F.M.D).

Depuis le 29 janvier 1999, le département de Saône et Loire a vu la naissance à Mâcon d'une Délégation Territoriale de l'A.F.M.D.

Ses objectifs:

  • la transmission de DEVOIR de MEMOIRE alors que les rangs des survivants des camps nazis s'éclaircissent;
  • la lutte contre les négationnistes et autres falsificateurs de l'Histoire.

Ses moyens:

  • informer les jeunes générations sur le contenu de l'idéologie nazie;
  • rassembler tous les témoignages et pièces à conviction sur la Déportation
  • rassembler les Associations et Amicales d'Anciens Déportés;
  • archiver les documents audio et vidéo sur la Déportation;
  • distribuer l'information auprès des intéressés ainsi que des enseignants et élèves des Collèges et Lycées du département.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Mémoire de la Résistance et de la Déportation
  • : il s'agit d'un blog dédié à la Mémoire en général et à la mémoire de la Résistance et de la Déportation en particulier
  • Contact

Recherche